A propos

Cooplab.info, à ce stade, c’est le carnet d’activités d’apprentissages situés d’un habitant-chercheur qui agit en son lieu et pense avec le monde (Edouard Glissant)
Le besoin de tenir ce carnet a émergé à l’occasion de mon projet d’habiter un nouveau territoire et de m’intéresser, en tant que membre de la société civile organisée et citoyen, aux enjeux de la facilitation des dynamiques de co-contruction territoriale. Et particulièrement, au champ du développement local mené par les acteurs locaux lorsque ce développement entend fabriquer des ressources pour ceux qui viennent. (Résister au désastre. Isabelle stengers)

Mais, au delà de la seule intention, pouvoir s’investir pleinement dans un nouveau contexte, cela s’apprend. Souvent en tâtonnant et, en ce qui me concerne, en prenant le soin de renforcer mes aptitudes à décrypter la nouvelle situation dans laquelle je m’avance maintenant. D’une façon générale, sans ces aptitudes, il y a risques de ne pas être en mesure de se créer les conditions de son propre pouvoir d’agir : l’aspiration à agir ne fait pas, à elle seule, ni le savoir agir, ni le pouvoir agir. Il est donc préférable de cultiver l’intelligence de sa situation afin d’avoir les moyens de concrétiser sa démarche en la rendant intelligible. De cette intelligibilité découle la possibilité de fonder des alliances équitables, solidaires, durables et de faciliter l’acceptation sociale et politique de son projet

Il s’agit donc de se situer, de s’orienter, de faire des choix à l’écoute du nouveau milieu ambiant qui, lui même, est en interdépendances avec d’autres échelles. Pour ma part, je le fais en partant du principe suivant : quelque soit le milieu, quelques soient les cercles d’échanges, quelques soient les échelles, un invariant domine. Cet invariant c’est l’incommunication.

A ce sujet voici ce que dit B.Werber : “entre ce que je pense, ce que je veux dire, ce que je crois dire, ce que je dis, ce que vous voulez entendre, ce que vous entendez, ce que vous croyez comprendre, ce que vous voulez comprendre, et ce que vous comprenez, il y a neuf possibilités de ne pas se comprendre”.

Dépasser les limites de cette incommunication, c’est, à mon sens, l’enjeu principal de la facilitation des dynamiques de co-construction territoriale

Ce parcours d’ancrage en nouveau contexte a évidemment pris un tour particulier avec le COVID : ruptures de rythmes, reconfigurations ou renforcements de liens, intensification des activités réflexives se sont, finalement, avérés propices à l’élargissement et à l’approfondissement de mes apprentissages.

Depuis janvier 2021 je m’intéresse au projet expérimental novateur de soutien à la recherche participative : CO COnstruction de COnnaissances pour la transition écologique et solidaire (CO3).

Lancé en 2018, cet appel à projets de recherche soutient des projets co-portés par un laboratoire de recherche et une organisation de la société civile avec l’objectif de contribuer, par la co-construction des connaissances, à la transition écologique et solidaire.

Enfin, tout récemment, j’ai rejoint le projet « Learning Lab » du Cré-Sol, le Trait d’union des initiatives citoyennes qui vise à l’exploration collective des travaux de P.Senge concernant les enjeux de l’organisation apprenante. Pour rappel, le fonctionnement en Organisation Apprenante peut devenir concret par la pratique de 5 disciplines :

  • la vision partagée
  • l’équipe apprenante
  • les modèles mentaux
  • la maitrise personnelle
  • la pensée systémique

J’appréhende la pratique de ces 5 disciplines comme un chaînon manquant à ce que j’avais précédemment déjà mis en place pour développer mon environnement d’apprentissage personnel et faire avancer mon projet.